jeudi, juillet 25, 2024

CONFERENCE DE PRESSE SUR LA STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT 

2021-2030 DU DISTRICT AUTONOME DU DENGUÉLÉ DU MINISTRE GOUVERNEUR GAOUSSOU TOURE

 

DISCOURS LIMINAIRE

29 Décembre 2023 

Ø  Monsieur le Préfet de région du Kabadougou, Préfet du Département d’Odienné ;

Ø  Monsieur le Préfet de région du Folon, Préfet du Département de Minignan ;

Ø  Mesdames et Messieurs les membres du Corps Préfectoral ;

Ø  Mesdames et Messieurs les Députés ;

Ø  Vénérables Sénateurs ;

Ø  Monsieur le Président du Conseil Régional du Kabadougou ;

Ø  Monsieur le Président du Conseil Régional du Folon ;

Ø  Mesdames et Messieurs les Maires et les Conseillers Régionaux et Municipaux ;

Ø  Mesdames et Messieurs les Directeurs Régionaux et Chefs de services ;

Ø  Distingués Chefs Coutumiers et Guides religieux ;

Ø  Mesdames et Messieurs les Représentants du secteur Privé et de la société civile ;

Ø  Mesdames et Messieurs les Responsables de la presse nationale ;

Ø  Mesdames et Messieurs les Responsables des organisations de femmes et de la jeunesse ;

Ø  Chers amis des médias ;

 

Ø  Mesdames et Messieurs.

Je voudrais vous traduire en quelques mots la fierté que je ressens aujourd’hui, à l’occasion de la présentation de la Stratégie de Développement du District Autonome du Denguélé que j’ai l’honneur de conduire.

Permettez-moi d’exprimer au Président de la République SEM Alassane Ouattara, mon immense gratitude pour la confiance qu’il m’a accordée en me nommant Ministre, Gouverneur du District Autonome du Denguélé.

Il n’y a pas de plus noble mission que de chercher, avec l’appui du Président de la République, du Vice-Président de la République, des membres du Gouvernement, des cadres et élus engagés, à sortir le District du Denguélé de l’extrême pauvreté.

Ø  Mesdames et Messieurs

Situé au Nord-Ouest du pays à 850 km de la capitale économique Abidjan, le District Autonome du Denguélé s’étend sur une superficie de 20 600 km2 pour une population de plus de 436 015 habitants.

 Il se caractérise par une diaspora très forte estimée à plus d’un million de personnes et par une extrême pauvreté marquée par un revenu moyen par habitant d’environ 268 FCFA par jour soit moins d’un demi-dollar par jour.

La stratégie de développement du District prend appui sur l’objectif global de rassembler les populations autour de la lutte drastique contre l’extrême pauvreté en vue de la transformation structurelle du District qui passera de la zone la plus pauvre du pays en une des plus riches à l’horizon 2030, par une exploitation rationnelle des immenses potentialités existantes dont les plus significatives sont :

·      Plus de 100 000 hectares de plaines et de bas-fonds propices aux cultures du riz et du soja ;

·      Plus de 200 000 hectares de terres arables sur plateau propices pour la production du maïs et autres cultures;

·      Plus de 120 000 hectares plantés en anacardier ;

·      Bonne pluviométrie 1200 à 1800 m3 d’eau.

·      Zone la plus ensoleillée de la Côte d’Ivoire et la meilleure pour la production d’énergie solaire ;

·      Immenses superficies de savanes arborées pour l’agroforesterie.

 

Ø  Mesdames et Messieurs ;

L’opérationnalisation du plan stratégique du District Autonome du Denguélé, repose sur les dix (10) axes prioritaires, à savoir :

1- Le développement de l’Agriculture vivrière (riz, soja, maïs) régénération des plantations d’anacardiers et extension des superficies   emblavées en coton ;

2-    La promotion du secteur de l’élevage ;

3-    Le développement du réseau routier ;

4-    La promotion de l’Industrie, du Commerce, des Transports, des Mines de l’Eau et l’énergie;

5-    L’Education et la Santé ;

6-    L’Urbanisme, l’habitat et la cohésion sociale ;

7-    L’Environnement, une priorité absolue pour le District ;

8-    La dynamisation des secteurs du tourisme et de la culture ;

9-    La promotion des investissements du Secteur Privé, moteur du développement du District ;

10-La coordination et le suivi des projets et programmes à réaliser dans le District.

1.    AGRICULTURE

Le développement du District du Denguélé reposera essentiellement sur l’agriculture en raison du fait que le potentiel le plus important est l’existence de plus de cent mille (100 000) hectares de plaines et bas-fonds disponibles pour les cultures de riz et de soja en sus d’immenses terres arables sur plateaux propices aux cultures de l’anacarde, du coton, du maïs, du manioc, de l’igname, du maraicher et autres cultures secondaires.

Le riz étant l’un des aliments de base des ivoiriens, il sera la principale culture vivrière à développer dans le District ensemble avec le soja.

1.1 CULTURE DU RIZ

Le projet de développement de la riziculture sera l’un des axes forts de la feuille de route de l’équipe du District.

Il s’inscrit dans le cadre de la Stratégie Nationale de Développement de la Riziculture 2020-2030 qui a pour objectif d’atteindre l’autosuffisance de la Côte d’Ivoire en riz de bonne qualité, avant 2025 et faire du pays, l’un des exportateurs de riz à l’horizon 2030.

Cette stratégie a été adoptée par le Conseil des Ministres à sa séance du 11 mars 2020.

Le projet RIZ Denguélé vise :

       Le basculement progressif d’une riziculture traditionnelle de subsistance non rentable et non finançable à une riziculture de marché moderne, performante, compétitive, rentable, durable et respectueux de l’environnement ;

    La professionnalisation des riziculteurs qui seront des opérateurs économiques à part entière, des créateurs d’emplois et de richesses qui exploiteront chacun cinq (05) hectares ;

       Le regroupement des riziculteurs en coopérative de cinquante (50) agents au maximum qui travailleront sur des blocs de 100 à 250 hectares ;

       L’immatriculation au nom des coopératives avec établissement de certificat foncier ;

       L’interdiction de vente de terre agricole ;

       La digitalisation de la gestion du projet.                                                                                

Le projet Riz – Soja dans le Denguélé portera sur l’élaboration et la mise en valeur de projets agricoles intégrés sur les 100 000 hectares disponibles, prenant en compte toutes les opérations liées à l’ensemble des chaines de valeurs Riz – Soja.

L’irrigation et l’aménagement des parcelles seront à la charge de l’Etat.

La production des semences à haut rendement et de bon goût, la mécanisation, la fourniture à crédit aux agriculteurs des intrants (semences, engrais, urée, herbicides, insecticides), le Conseil Agricole, le Financement du Fonds de Roulement, l’Acquisition des usines, silos, magasins de stockage, matériels et logistiques seront à la charge du secteur privé.

La mise en valeur progressive sur 10 ans, des 100 000 hectares assurera la production d’au moins un million (1 000 000) de tonne de riz paddy pour un chiffre d’affaire des producteurs d’au moins 150 milliards de FCFA, un revenu net d’environ 45 milliards de FCFA et une création de  20 000 emplois directs et 100 000 emplois indirects.

La consommation étant fonction des revenus, l’injection de cette manne financière dans l’économie du District, assurera le passage d’une des zones les plus pauvres en une des plus riches du pays, tout en boostant toutes les activités économiques et sociales.

En outre, la réalisation du projet assurera à l’Etat, des économies importantes de devises utilisées pour couvrir les importations actuelles de riz qui se chiffrent à plus de 500 milliards de FCFA par an.

Par ailleurs, l’Etat encaissera à travers diverses taxes des montants appréciables sur les consommations de biens et services des riziculteurs à partir des gains obtenus.

 

1.2.       CULTURE DU SOJA

 

Fort de l’expérience de l’ancien projet SOJA sur plateau, soldé par un échec patent, il s’agit de coupler la culture du SOJA à celle du Riz sur les parcelles irriguées de plaines et des bas-fonds pour relancer le développement de cette spéculation. La culture du Soja, est très complémentaire avec celle du riz, en raison de son apport en azote au sol, pour produire cent cinquante mille tonnes (150 000 t) à l’Horizon 2030.Un partenaire déjà identifié s’engage à passer une commande ferme de toute la production et à installer une unité industrielle de traitement des graines de soja dès que la production le permettra.

 

1.3.       CULTURE DU MAIS

La culture du maïs sur plateau, sera intensifiée pour produire au moins cent cinquante mille tonnes (150 000 t) de grains de maïs à l’horizon 2030 qui permettront l’installation d’unités de traitement de maïs pour plusieurs produits finis.

 

1.4.        AUTRES CULTURES

Le District prend toutes les dispositions idoines pour assurer un développement harmonieux de toutes les spéculations en vue de procurer des revenus supplémentaires décents et diversifiés aux agriculteurs. Ainsi, une attention particulière est mise sur la culture de l’igname, du manioc, de la mangue, de l’oignon et les cultures maraîchères etc. Cela nécessite la sensibilisation des agriculteurs à s’organiser en coopératives et des investisseurs pour la création d’unités de transformation des productions agricoles.

 

1.5.       NOIX DE CAJOU

Les superficies plantées en anacardiers sont passées de 120 hectares en 1980 à plus de 120 000 hectares à fin 2020 pour une production d’environ 50 000 tonnes / an. L’objectif est de passer à 100 000 tonnes à l’horizon 2025, à partir de la régénération des plantations existantes pour un chiffre d’affaires de plus de 40 milliards de FCFA au niveau des producteurs de la noix de cajou.

Les enjeux de la filière cajou dans le DENGUÉLÉ portent sur la transformation de toute la production à partir des unités existantes et à créer par les filles et les fils du District, conformément à la stratégie nationale de développement de la culture du cajou.

ECOCAJOU, dirigée par un de ses illustres fils, apporte déjà une réponse concrète aux appels du Ministre- Gouverneur avec la construction d’une usine ultra moderne de traitement de 15 000 tonnes de noix de cajou par an.

 

1.6.        COTON

La culture du coton a été presque abandonnée par les contonculteurs pendant la grave crise militaro-politique. Cette culture a connu, depuis l’accession de Son Excellence Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire, à la magistrature suprême, une croissance continue qui a porté la production de coton graine du District à plus de 35 000 tonnes en 2020.

L’objectif est de porter la production à 50 000 tonnes avant fin 2025 pour assurer l’installation par la société IVOIRE COTON d’une usine d’égrenage de coton.

Au niveau du secteur de l’agriculture, il s’agit de faire du Denguélé, le plus grand grenier céréalier et le pôle d’excellence des cultures céréalières de la Côte d’Ivoire.

2.    L’ELEVAGE

Ø  Mesdames et Messieurs ;

L’élevage reste encore une activité économique secondaire, malgré les potentialités énormes. Des actions vigoureuses sont mises en œuvre pour exploiter les immenses potentialités du district dans cet important secteur. À cet effet, les orientations stratégiques du District se déclinent dans les  actions suivantes :

1-    Améliorer la productivité et la compétitivité des filières animales et halieutiques ;

2-  Assurer le regroupement des éleveurs par type d’activités, (bovin – caprins – aviculture – pisciculture – apiculture etc.) au niveau des communes, Sous-Préfectures, Départements, Régions ;

3-    Faciliter l’accès aux financements, aux services d’accompagnement et aux organisations professionnelles créées ;

4-    Améliorer le cadre législatif et réglementaire, la digitalisation, la gestion globale de l’élevage ;

5-    Gérer efficacement les conflits entre éleveurs et agriculteurs.

 

Au total, il s’agit de moderniser les exploitations existantes autour des principaux opérateurs installés dans le District qui ont réalisé des investissements importants dans les différents types d’élevage (aviculture, ovin, caprins, bovins, pisciculture, apiculture …etc.)

Le District accorde une place de choix à l’accompagnement de ces opérateurs dans la recherche de financement et de partenaires crédibles pour moderniser la production, solutionner l’épineux problème d’approvisionnement en aliments et assurer la transformation et la commercialisation des produits à partir d’unités industrielles à installer.

 

3.    LE RESEAU ROUTIER

Les projets prévus au PND 2021-2025 à réaliser dans le District du Denguélé portent sur :

Ø  L’aménagement et le bitumage de 1017 km de route, dont le bitumage des axes ODIENNÉ – Frontière Mali par Manakoro et ODIENNÉ – Frontière Guinée CONAKRY par Minignan – Noumoudjiguila avec bretelles de Kadjola – Salonkourani ; Kimbirila-Sud – Kaniasso ; Kouban – A7;

Ø  La construction de deux (02) ponts métalliques sur les axes Banankoro – Manadoun et sur l’axe Tienko – Kouban – Missamahana – Kongolia dans le FOLON, adoptée en Conseil des Ministres le 3 février 2021 ;

Ø  Le renforcement de la route TOUBA-ODIENNE, section Mamoya-Odienné.

 

4.    INDUSTRIE – COMMERCE – TRANSPORTS – MINE – ELECTRICITE – EAU

 

4.1 INDUSTRIE

Le programme de développement de l’industrie dans le Denguélé sera surtout axé sur celui de l’agro-industrie avec les usines de riz –soja- maïs – anacarde – coton – igname – mangue – manioc en sus de celles des mines et de l’énergie à implanter progressivement par les filles et les fils et du District du Denguélé.

4.2.       COMMERCE – TRANSPORTS

Ø  Mesdames et Messieurs ;

Dans le cadre du développement du Commerce et des transports, de grandes infrastructures sont prévues. Ainsi, la Plate-forme Logistique du District sera construite sur environ 400 hectares par financement BOT.

Elle sera directement reliée au Port maritime de San-Pedro par le chemin de fer San-Pédro – Man – Odienné – Frontière Mali. Elle deviendra une plateforme incontournable des échanges régionaux et transfrontaliers. En véritable poumon de l’économie du District, elle accélérera la reprise des échanges autrefois fructueux entre le District et les villes de Kankan, Sinko, Beyla, Conakry en GUINÉE, et Manankoro, Bougouni, Sikasso, Bamako au Mali.

A ce projet, il sera possible d’adjoindre une zone industrielle qui regroupera les unités industrielles, ainsi que les infrastructures économiques : silos, magasins de stockage, etc.

Les activités créées autour de la plateforme logistique entraîneront des besoins de logements. Le District contribuera à la facilitation des négociations avec les promoteurs immobiliers privés pour la construction de logements sociaux et de villas, moyen et haut standing.

En somme, il s’agit aussi d’encourager, d’accompagner et de former une génération d’entrepreneurs, du DENGUÉLÉ dans ces secteurs vitaux de l’économie pour en faire des « Champions nationaux ».

4.3-  MINES

Selon le portail cartographique du Cadastre Minier de la Côte d’Ivoire, le District possède des indices sur les ressources minières ci-après, dont l’exploitation pourra impacter considérablement la vie des populations riveraines :

L’OR, le COBALT, le NICKEL, le MANGANÈSE et bien d’autres minerais.

 

Il s’agit pour le District de :

Ø  Mettre en place, un Comité Minier Permanent du DENGUÉLÉ (CMPD), composé de représentants de l’administration, des collectivités locales et des populations qui aura pour mission de coordonner les relations entre les opérateurs miniers et les populations ;

Ø  Lutter contre l’orpaillage clandestin en liaison avec les ministères de la défense, de la sécurité, de la justice, des mines et de l’environnement ;

Ø  Appliquer le suivi rigoureux des résolutions issues des Études d’Impact Environnemental et Social (EIES).

 

4.4-   ELECTRICITE :

Ø  Mesdames et Messieurs ;

Grâce à Son Excellence Monsieur le Président Alassane OUATTARA, la quasi-totalité des localités est électrifiée.

Le District sollicitera de concert avec le Ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie (MMPE) pour le passage du poste électrique d’ODIENNÉ de 90 KV à 225 KV afin de favoriser l’installation de nouvelles unités industrielles.

En outre, dans le cadre du développement de l’énergie renouvelable, il est prévu la construction de deux (2) centrales solaires de 40 MW chacune sur les axes Odienné – Boundiali et Odienné – Frontière Touba.

4.5-  EAU

Malgré l’important travail accompli depuis l’accession de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA à la magistrature suprême, le District souffre encore d’un déficit important d’approvisionnement en eau potable. La résolution de cet épineux problème passe par la mise en œuvre des projets suivants inscrits au PND :

Ø Accélérer les travaux d’installation de la station de SAMESSO pour le ravitaillement en eau potable de la ville ODIENNÉ et les localités environnantes ;

Ø  Assurer la mise en œuvre du projet de cinquante-trois (53) forages HVA.

 

5.     EDUCATION – SANTE

5.1 EDUCATION

Sur ce chapitre, les enjeux portent sur :

Ø  Le démarrage des travaux de construction de l’Université d’ODIENNÉ ;

Ø  La construction et l’équipement du Lycée d’Excellence de Jeunes Filles avec Internat « Hadja Nabindou CISSE » à Odienné (PND 2021-2025) ;

Ø  La construction du Lycée Professionnelle de Gbéléban ;

Ø  La construction de 4 collèges de base 4, de 501 salles de classes du primaire et de 81 salles de classes du préscolaire grande section dans la région du Folon ;

Ø  La construction de 6 collèges de base 4, de 916 salles de classes du primaire et de 158 salles de classes du préscolaire grande section dans la région du Kabadougou.

Ø La résolution de l’épineux problème d’insuffisance d’enseignants dans les différents établissements du District, ainsi que celui du manque d’équipements, de matériels et de fournitures didactiques (tables-bancs, manuels, etc.) ;

Ø   La lutte contre la consommation de drogue, d’alcool et de stupéfiants en milieu scolaire ;

Ø  La sensibilisation et l’accompagnement des écoles confessionnelles islamiques pour leur intégration dans le système éducatif national.

 

5.2     SANTE

Les actions à mener seront les suivantes :

Ø Construire les nouveaux Centres Hospitaliers Régionaux (CHR) d’Odienné et de Minignan avec un plateau technique moderne de dernière génération.

Ø  Réhabiliter l’ancien CHR d’Odienné à classer en Hôpital Général qui recevra un plateau technique moderne en sus du renforcement des effectifs ;

Ø  Assurer en liaison avec le Ministère de la Santé, l’affectation d’un personnel de santé compétent et en nombre suffisant dans les formations sanitaires du District ;

Ø   Solliciter l’État pour la création de deux (2) Banques de sang à Odienné et à Minignan ;

 

6.    URBANISMEHABITAT ET COHESION SOCIALE

 

6.1     Habitat et Urbanisme

Dans le secteur de l’assainissement et de la salubrité, de l’urbanisme et de l’habitat, le District, avec l’appui du Gouvernement, compte faire réaliser les projets suivants dont la plupart sont inscrits au PND 2021-2025 :

Ø  Engager dès Février 2024, les concertations avec l’Etat, les Conseils Régionaux, les Mairies, les bureaux d’architectes, les géomètres, les constructeurs, les banques en vue d’étudier et mettre en œuvre la construction à moindre coût des logements sociaux moyen et haut standing respectant les normes d’urbanisme et environnementales ;

Ø    Actualiser le Plan Directeur d’Urbanisme d’Odienné ;

Ø    Réaliser le Schéma Directeur des chefs-lieux de département.

6.2   Cohésion sociale

Il s’agira pour le District de :

Ø  Intensifier les actions de sensibilisation des populations sur l’absolue nécessité de l’union, de la solidarité et de la fraternité ;

Ø  Sensibiliser et réinsérer dans la vie active les enfants en conflit avec la loi ;

Ø  Lutter contre la diffamation à l’égard des autorités, des cadres et des populations sur les réseaux sociaux ;

Ø  Lutter contre la vente et la consommation de produits illicites.

 

7.    ENVIRONNEMENT

Les actions à mener portent sur :

Ø  Réaliser le Schéma Directeur de développement du District avec un accent particulier sur le plan climat ;

Ø  Restaurer les paysages savanicoles du District du Denguélé ;

Ø  Améliorer la mobilité des véhicules électriques ;

Ø  Transformer les déchets industriels et agricoles, (coque de noix de cajou, balles de riz etc.) pour la production d’électricité ;

Ø  Collecter, sélectionner et traiter les déchets ménagers ;

Ø  Construire deux centrales solaires de 40 MW chacune à la frontière TOUBA – ODIENNE et sur l’axe ODIENNE – BOUNDIALI ;

Ø  Prendre en compte les préoccupations environnementales dans tous les projets de développement.

Ø  Prioriser l’agroforesterie

 

8.    TOURISME ET CULTURE

Il s’agit pour le District de développer une action promotionnelle du tourisme en collaboration avec les Ministères de la Culture et du Tourisme, les Autorités administratives et politiques et les opérateurs économiques du secteur.

Les actions à mener portent sur :

Ø  Promouvoir tous les sites touristiques ainsi que le riche folklore du District méconnu au plan national ;

Ø  Organiser périodiquement des festivals de danses culturelles ;

Ø Négocier avec les compagnies aériennes et les hôteliers l’obtention des tarifs préférentiels de déserte du District du Denguélé (transport, restauration, hébergement) ;

Ø  Construire et réhabiliter les centres culturels ;

Ø Promouvoir les deux guides religieux connus au plan national et international : El Hadj SAMASSI Matié Bouaké et El Hadj DOUMBIA Ousmane dit « DABA ».

 

9.    CONTRIBUTION DU SECTEUR PRIVE

Ø  Mesdames et Messieurs ;

En réponse à l’invitation des filles, des fils et des partenaires à une participation effective au développement du District, d’importants projets sont réalisés ou en cours de réalisation pour un coût de plus de 35 milliards de francs CFA.

Depuis sa nomination le 18 juin 2021 à ce jour, Le Ministre, Gouverneur a invité partout en Côte d’Ivoire et à l’étranger les filles et les fils du District à l’union, à la solidarité, à la participation effective et à la lutte contre l’extrême pauvreté qui classe notre district comme le plus pauvre du pays.

C’est pourquoi, il salue et honore tous ceux qui ont apporté des réponses concrètes à sa demande. Les contributions à ce jour pour les projets réalisés ou en cours de réalisation portent aujourd’hui sur plus de 35 milliards de francs CFA.

De multiples propositions d’investissements enregistrés par les services du district sont en préparation et en étude. Elles annoncent un avenir très prometteur.

Malgré les succès déjà enregistrés, le Ministre, Gouverneur invite à nouveau les populations à l’union, à la fraternité, à la solidarité et à la participation effective au développement du Denguélé.

Laissons de côté les querelles de clochers, la politique politicienne et les ambitions personnelles pour travailler main dans la main afin de contribuer chacun à son niveau au développement de notre cher District et partant de la Côte d’Ivoire.

Les ambitions sont légitimes, mais aucune n’est au-dessus du Denguélé et de la Côte d’Ivoire. Unis, nous vaincrons, vu les immenses potentialités et la qualité des femmes et des hommes du Denguélé. Ensemble nous réussirons à classer le District à l’horizon 2030 parmi les Districts les plus riches de Côte d’Ivoire par une exploitation rationnelle des immenses potentialités.

Pour ma part, je prends l’engagement sur l’honneur de ne ménager aucun effort nécessaire à l’atteinte de ce noble objectif.

Vive la Côte d’Ivoire, vive son Excellence Monsieur le Président Alassane OUATTARA, le fils le plus illustre de la Côte d’Ivoire.

Vive le Denguélé, unis et prospère.

Je vous remercie !.